Installation du nouveau doyen

L’abbé Thomas Kania est le nouveau curé du doyenné de Bertrix.

La liturgie d’installation et d’accueil de l’abbé Thomas Kania comme curé-doyen de Bertrix a eu lieu ce dimanche 5 décembre en l’église Saint Etienne.

L’abbé Thomas Kania est le nouveau curé du doyenné de Bertrix.

L’abbé Thomas Kania succède à l’abbé Philippe Leblanc comme curé-doyen de Bertrix.  La liturgie d’installation et d’accueil a eu lieu en présence de nombreux fidèles de tout le doyenné.  Une dizaine de prêtres entouraient le nouveau doyen.  C’est le chanoine Joël Rochette, vicaire général, qui présidait la cérémonie, accompagné du chanoine Jean-Paul Demaret, ancien curé-doyen de Bertrix.

L’abbé Thomas Kania n’arrive pas en terre inconnue.  On pourrait plutôt parler d’un retour aux sources puisqu’il a déjà fait partie de l’équipe liturgique du doyenné voici quelques années lorsqu’il est arrivé en décembre 2013 en tant que vicaire à Bertrix et desservant à Auby et à Opont.  Il a ensuite poursuivi son sacerdoce en tant que curé à Paliseul.  La pandémie que nous connaissons actuellement ébranle le monde entier et les gens ont besoin de repères.  Lors de son mot d’accueil, René Fabry, président de la Fabrique d’Église de Bertrix, a invité le nouveau curé-doyen à entretenir auprès de ses paroissiens de tout âge les vraies valeurs d’espérance, de confiance, d’amour et de foi et de répandre au mieux la parole de vérité du Christ parmi eux.  Il a ensuite remis symboliquement les clés de l’église au vicaire général pour qu’il les confie à l’abbé Thomas Kania.

En cours d’eucharistie, le nouveau curé-doyen s’est placé devant l’autel pour renouveler sa profession de foi : « Moi, l’abbé Thomas Kania, avec une foi ferme, je crois et je confesse toutes et chacune des vérités contenues dans le Symbole de la Foi ».  Il s’est ensuite tourné vers l’assemblée pour que les paroissiens, à leur tour, proclament leur foi.

En l’absence du Bourgmestre Mathieu Rossignol, c’est Michel Hardy, échevin du culte, qui a pris la parole pour souhaiter la bienvenue à l’abbé Thomas Kania comme nouveau curé-doyen qui succède ainsi aux doyens Courtois, Mawet, Gérard, Demaret et Leblanc.  Il a salué ce prêtre venu de très loin, d’Europe centrale et plus particulièrement de Pologne, un pays rude où la foi est toujours vive et qui porte une dévotion particulière à la Vierge noire de Czestochowa.  « Votre désignation ici est un témoignage de ce parcours de l’Église qui, de plus en plus, tisse un lien Universel à travers les continents » dira encore l’échevin avant de rassurer le nouveau curé-doyen sur ces nouveaux paroissiens surnommés Baudets : « Ce sont des gens de caractère, rudes, tenaces, déterminés, pugnaces mais qui cachent, au-delà, la tendresse de cœur ».

Pour sa part, l’abbé Thomas Kania a tenu à remercier toutes les personnes présentes lors de cette célébration.  Il a été ordonné prêtre par l’évêque du diocèse de Tarnow qui fait partie de l’archidiocèse de Cracovie il y a 22 ans déjà.  Aujourd’hui, il fait partie des quelque 200 prêtres au service de l’Église Universelle dans plusieurs pays du monde.

Il terminera son intervention en disant : « En mettant mes pas dans les pas de mes prédécesseurs » et en reprenant les paroles de Saint Paul : « Dans ma prière, je demanderai que votre amour vous fasse progresser de plus en plus dans la pleine connaissance et en toute clairvoyance pour discerner ce qui est important ». Et pour terminer « Je confie mon ministère à Notre-Dame de Beauraing, la Mère au Cœur d’Or, ainsi qu’à Saint Joseph et à Saint Remacle, les deux patrons de nos deux Unités Pastorales et Saint Etienne, patron de cette paroisse ».

Les lieux symboliques de charge de curé

Le chanoine Joël Rochette a ensuite accompagné l’abbé Thomas Kania dans l’église pour lui remettre les lieux symboliques de sa charge de curé.  Il y a d’abord eu l’ambon, le pupitre placé à l’entrée du chœur où est posé le lectionnaire ou la Bible et où le prêtre annonce à tous les hommes l’Évangile.  Il y a ensuite eu le baptistère où ceux qui reçoivent le baptême naissent à la vie nouvelle d’enfants de Dieu.  Et puis le confessionnal, lieu de rencontre avec le Dieu de Miséricorde dans le sacrement du pardon.  Le siège de présidence où le nouveau curé trouve tout ce dont il a besoin pour exercer au mieux sa mission et enfin le tabernacle, lieu de la présence divine sous l’apparence du pain.

Préparez le chemin du Seigneur

Dans son homélie, le chanoine Joël Rochette a parlé de cette voix qui crie dans le désert et qui n’est pas souvent entendue.  Il a invité le doyen à préparer le chemin du Seigneur en proclamant la parole de Dieu, en accompagnant le peuple de Dieu. 

Il rappellera aussi le rôle du curé, du doyen : « Un pasteur, un prêtre, qu’il soit curé ou doyen, accompagne le peuple de Dieu, peuple dont il fait partie, mais à un titre particulier. Comme le dit souvent notre évêque, à la suite du pape François : il doit être parfois derrière le troupeau, comme un bon berger, pour accompagner ceux qui marchent moins vite, ceux qui sont blessés, ceux qui peinent sur le chemin ; il doit être parfois au milieu du troupeau, pour comprendre ce que celui-ci vit, pour sentir son odeur, pour accompagner son quotidien et pour rassurer, protéger ; il doit être enfin parfois devant le troupeau, pour montrer la voie, pour guider en choisissant le bon chemin, en indiquant, avec audace, des routes nouvelles ».

Texte et photos d’Etienne Wanlin que nous remercions chaleureusement.

Faites-nous part de votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s