Le plaisir est « simplement divin »

Stéphane Audran dans « Le Festin de Babette », un film de Gabriel Axel (1987). « Le Festin de Babette » se déroule dans une communauté protestante danoise ultra puritaine du XIXe siècle, conviée à un somptueux banquet préparé par une cuisinière française qui a gagné à la loterie. (Capture d’écran du journal Dimanche)

Le plaisir n’est ni catholique, ni chrétien, ni autre chose, il est simplement divin.” C’est le pape lui-même qui le dit dans un livre d’entretiens publié ce 9 septembre dernier en Italie. Il y prend en exemple tant le plaisir sexuel que culinaire ! Guy Savoy, chef trois étoiles à Paris, a apprécié cette “ode à la vie”. Et François d’expliciter : “Le plaisir de manger sert à vous maintenir en bonne santé en mangeant, tout comme le plaisir sexuel est fait pour rendre plus beau l’amour et garantir la perpétuation de l’espèce.”

Sur sa lancée, le pape fustige la bigoterie qui a parfois fait la loi au sein de l’Eglise. Trop souvent, en effet, la religion a été réduite à la piété et à son excès, la bigoterie. Or, la religion, c’est l’exultation de la vie, et le plaisir en fait partie.

Lire la suite

Catéchèse 2020-2021 des enfants de Paliseul – Carlsbourg

Reprise de la catéchèse pour les enfants

de PALISEUL et CARLSBOURG.

Le dimanche 18 octobre à 10h30, nous nous retrouverons pour célébrer la messe des familles. Tous les enfants et leurs parents y sont cordialement invités.

Après la messe, les inscriptions au caté seront effectuées et les informations complémentaires vous seront fournies.

Les parents sont invités à apporter lors de la messe des familles les fiches d’inscription complétées. Ces fiches seront distribuées à l’école. Pour information, ces fiches d’inscriptions sont aussi disponibles en bas de cet article ‘Lettre aux parents’ !

Lire la suite

Les mains de l’automne

Colette Nys Mazure reste fidèle à elle-même, de vouloir partager la saveur de la vie, de mettre l’accent sur la lumière, plutôt que l’ombre, de travailler à la contagion de la saveur de vivre et du plaisir de partager. (Copie d’écran du journal Dimanche)

Il me téléphone.

– Demain il va pleuvoir.

– C’est ce qu’on annonce. Tant mieux pour les cultures. Mais aujourd’hui il fait si beau.

Elle m’appelle. Tu te rends compte ! Déjà l’automne, ça me fait peur…

– Les arbres vont prendre des couleurs magnifiques dans la lumière moins violente.

J’aime ce jeu des saisons ; je ne voudrais pas vivre sous un ciel perpétuellement bleu. Évidemment je vais encore me faire taxer d’optimisme, une tare rédhibitoire en cette période mortifère où l’anxiété se cultive. Serait-il malvenu de se réjouir des plaisirs offerts à chacun pour autant que les sens restent en alerte et le cœur ouvert ?

Lire la suite

« Les ombres d’un monde fermé » dit le pape François

L’encyclique du Pape publiée ce dimanche sera un des grands textes de son pontificat.

« L’histoire est en train de donner des signes de recul. » C’est sur un ton grave que le pape François a rédigé les premières pages de sa troisième encyclique – une lettre solennelle envoyée au monde – qui marquera son pontificat. Intitulée Fratelli Tutti, elle frappe en effet par sa densité et la structure dans laquelle elle rassemble ce qui est au cœur de la pensée de François : la conscience de la fraternité, de la maison commune et de la famille communes qui unissent les hommes, rapporte Bosco d’Otreppe dans La Libre Belgique de ce 5 octobre 2020.

Laudato Si et François d’Assise

Cinq ans après Laudato Si’, le pape François nous invitait à ajouter en septembre une cinquième saison à celles qui rythment d’habitude l’année civile : la Saison de la Création. Objectif de cette Saison de la Création, inviter à prier et agir pour le respect des ressources de la planète, « pour que les ressources de la planète ne soient pas pillées, mais soient partagées de manière équitable et respectueuse ». Cette dernière commencée le 1er septembre se termine ce 4 octobre en la fête de saint François d’Assise, chantre avant l’heure d’une écologie intégrale.

Le prêche de François d’Assise aux oiseaux de Giotto. « Laudato si’, mi’Signore » chantait François d’Assise. « Il nous rappelait que notre maison commune est aussi comme une sœur avec laquelle nous partageons l’existence, et comme une mère, belle, qui nous accueille à bras ouverts. Cette sœur crie en raison des dégâts que nous lui causons par l’utilisation irresponsable et par l’abus des biens que Dieu a déposés en elle. » C’est le début de la Lettre du pape François sur l’écologie LAUDATO SI.

Lire la suite