La parole aux diocésains après le confinement

Les Unités Pastorales

Clip art Enquête - libre de droits - GoGraph

Comme l’évoquaient les Communications de septembre, vous avez été nombreux à répondre à l’enquête lancée en juin par le diocèse. Merci à tous ceux qui ont participé. Il n’est pas possible de livrer tous les résultats dans cet article. Néanmoins, en voici un avant-goût. Une synthèse plus complète des résultats de l’enquête sera accessible sous peu sur le site du diocèse.

Le confinement a été une rude épreuve marquée par la peur, l’incertitude, l’absence de contacts physiques, la réduction des relations. Un certain nombre regrette le silence des responsables de l’Église et le manque d’intérêt des politiques à l’égard des cultes, souvent vécus comme une blessure. Par contre, manques et restrictions ont permis des (re)découvertes, révélé l’importance du lien social, suscité de nombreux sujets de réflexion, occasionné une prise de conscience des formes multiples de fragilité. Un enjeu majeur a été de maintenir le lien, de favoriser la communication. Beaucoup…

Voir l’article original 275 mots de plus

Paroles de fraternité

Julos Beaucarne – poète, chanteur, compositeur, écrivain – est décédé le 18 septembre dernier, à l’âge de 85 ans. La lettre magnifique que, refusant la haine, il écrivit à l’assassin au soir de la mort de son aimée, émut un large public et elle nous parle encore aujourd’hui.

Carte publiée par Les Amis de Sœur Emmanuelle

Amis bien aimés,

Ma loulou est partie pour le pays de l’envers du décor. Un homme lui a donné neuf coups de poignards dans sa peau douce. C’est la société qui est malade. Il nous faut la remettre d’aplomb et d’équerre, par l’amour, et l’amitié, et la persuasion.

C’est l’histoire de mon petit amour à moi, arrêté sur le seuil de ses 33 ans. Ne perdons pas courage, ni vous ni moi, je vais continuer ma vie et mes voyages avec ce poids à porter en plus et mes 2 chéris qui lui ressemblent.

Sans vous commander, je vous demande d’aimer plus que jamais ceux qui vous sont proches. Le monde est une triste boutique, les cœurs purs doivent se mettre ensemble pour l’embellir, il faut reboiser l’âme humaine.

Je resterai sur le pont, je resterai un jardinier, je cultiverai mes plantes de langage. A travers mes dires, vous retrouverez ma bien-aimée ; il n’est de vrai que l’amitié et l’amour. Je suis maintenant très loin au fond du panier des tristesses. On doit manger chacun, dit-on, un sac de charbon pour aller en paradis. Ah ! Comme j’aimerais qu’il y ait un paradis, comme ce serait doux les retrouvailles.

En attendant, à vous autres, mes amis de l’ici-bas, face à ce qui m’arrive, je prends la liberté, moi qui ne suis qu’un histrion, qu’un batteur de planches, qu’un comédien qui fait du rêve avec du vent, je prends la liberté de vous écrire pour vous dire ce à quoi je pense aujourd’hui : je pense de toutes mes forces qu’il faut s’aimer à tort et à travers.

Julos Beaucarne – Texte écrit dans la nuit du 2 au 3 février 1975, après l’assassinat de sa femme.

L’inouï de l’Évangile !

L’inouï de l’Évangile et ses conséquences.

Une œuvre de Fernande Dury.

Notre monde était jusqu’il y a peu grisé par l’accélération, le stress, l’efficacité à outrance, la réalisation de soi. Depuis le Covid 19, les paramètres ont quelque peu changé. D’aucuns pensent qu’on pourra retrouver notre fonctionnement d’avant la pandémie. Mais d’autres, nombreux, semble-t-il, souhaitent trouver un mode de vie plus simple, respectueux de la nature et donc abandonnant ou limitant la production arrimée au fossile. Ils souhaitent aussi se retrouver « Soi-même », être capables de vivre harmonieusement avec et pour les autres. Ils souhaitent dans un long terme construire un monde de justice et de fraternité pour tous, ce que Jésus appelait dans son jargon il y a 2000 ans le royaume de Dieu. Grâce à l’inouï de l’évangile, chaque être humain peut relever ce défi dans le contexte sociétal particulier qui est le nôtre !

Jeudi 30 septembre 2021 – Philippe Goffinet : L’inouï de l’Évangile

Jeudi 07 octobre 2021 : Chantal Berhin : Une foi à la page, une page à la foi.

Jeudi 14 octobre 2021 : Paul Verbeeren : La foi chrétienne, une affaire privée ? Transmettre et célébrer dans le monde réel.

Jeudi 21 octobre 2021 : Emmanuelle Petitjean : Femme qui danse avec la vie.

Jeudi 28 octobre 2021 : Myriam Tonus : L’évangile dans la chair

Toutes les conférences ont lieu à l’Institut St Joseph, rue de Bonance 11, 6800 Libramont. De 19h45 à 22h00.

Possibilité de les suivre en visio-conférence par inscription à l’adresse mail : focelux@gmail.com (un lien vous sera envoyé).

PAF : 5€ par soirée ; 20€ pour le cycle ; étudiants 50%

Organisation FO.CE.LUX (Formation Chrétienne Centre Luxembourg) Pierre Godfroid 061/22 25 90 – Josette Dumay-Golinveau 061/53 38 67

Site web : http://m.facebook.com/Focelux/

S’ASSEOIR, DISCERNER… POUR UNE CONVERSION MISSIONNAIRE

Ce 25 septembre 2021 à Beauraing, une journée exceptionnelle à plus d’un titre, d’une part, le programme composé d’interventions pour nourrir la réflexion, de belles rencontres, de partages d’expériences, d’encouragements, de cheminements fraternels ; d’autre part, un intervenant de qualité et qui fait autorité aujourd’hui : le Père Christoph Theobald s.j. 

« La moisson est abondante ». Y croyons-nous vraiment ? Cherchons-nous à courir après une figure d’Église qui disparaît ? Ou alors, sommes-nous comme des sourciers cherchant à découvrir une autre façon de vivre en Église, fondée sur cette proximité fondamentale dont le Nouveau Testament est le révélateur ?

Le Père Theobald précisera les conditions pour une véritable conversion missionnaire. Il s’attardera à l’enjeu des charismes si précieux pour la vie de l’Église. Revisitant d’abord les Écritures, il nous invitera ensuite à discerner les charismes dans nos engagements pastoraux actuels.

Plus d’informations , renseignements complémentaires sur le site du chantier paroissial.

Inscription obligatoire avant le 10 septembre.

Merci Tomasz !

« Il y a un moment pour tout et un temps pour chaque chose sous le ciel », dit l’Ecclésiaste dans la Bible (Qo 3,2). Il y a un temps pour commencer et un temps pour finir, un temps pour arriver et un temps pour partir, un temps pour parler et un temps pour se taire. Les bergers viennent et partent, ils passent. Un seul reste : le Bon Berger, le Christ Jésus, « le grand Pasteur des brebis » (He 13,20), comme dit l’épitre aux Hébreux. *

Une page se tourne…. Mais l’histoire n’est pas finie !

Cela fera bientôt 6 ans que nous avons eu la chance d’accueillir le Père Tomasz à Paliseul.

Durant cette période, nous avons pu apprécier ses grandes qualités intellectuelles et humaines, et cela nous a permis aussi de créer des liens très forts avec ce prêtre toujours disponible et à l’écoute.

La mise en place de notre Unité Pastorale Paliseul St Joseph en décembre 2016, les moments de prière, mais aussi d’échanges et de découvertes resteront ancrés dans nos souvenirs.

Notre périple à Cracovie nous a aussi permis de voir à quel point il est attaché à sa famille et à ses racines. Il nous a fait découvrir un pays magnifique, une population accueillante et priante. Quel ressourcement !

Aujourd’hui, nous devons accepter son départ vers Bertrix. Même si nous sommes convaincus qu’il est tout à fait taillé pour cette nouvelle fonction, nous n’en sommes pas moins attristés de le voir quitter Paliseul.  Nous sommes convaincus que ses nouveaux paroissiens lui accorderont l’accueil et la confiance qu’il mérite.

C’est l’Abbé Stanislas qui lui succèdera, et nous aidera à continuer le chantier entamé et  à lui donner une nouvelle impulsion.

Et, au fond, Bertrix, c’est juste à côté. Il devient notre Doyen, et nous aurons encore souvent l’occasion de le rencontrer.

Merci à toi, Tomasz, pour tout ce que nous avons pu vivre et partager ensemble !

Au nom de l’équipe pastorale, 

Marie-Thérèse et François.

* Tiré de « Tout est grâce », homélie prononcée par le cardinal Godfried Danneels, à l’occasion de son départ à la retraite le 8 janvier 2010.