Se nourrir de la Parole

Il existe de nombreuses possibilités sur Internet pour se ressourcer spirituellement et nourrir sa prière. Nous avons sélectionné, pour vous, 2 sites de prière – méditation qui mettent en valeur, chaque jour, la Parole de Dieu. Bonne écoute !

© Copie d’écran du site Pixabay

Prie en Chemin est une proposition des jésuites de la Province d’Europe Occidentale Francophone (France, Belgique, Luxembourg).

© Copie d’écran du site Prie en chemin

Le but de Prie en Chemin est de permettre au plus grand nombre de se nourrir de la Parole de Dieu. Chaque jour Prie en Chemin propose une méditation guidée audio d’un des passages de la liturgie du jour.

Cette méditation dure environ 12 minutes accompagnée de musique et de temps personnels pour prier.

Prière du matin est une émission de RCF (Radios Chrétiennes Francophones). RCF est diffusée sur l’ensemble de la France et en Belgique.

© Copie d’écran du site de RCF

Chaque matin l’Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur en version audio. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s’achève par la proclamation du Notre Père et l’écoute d’un chant final.

La prière dure aux alentours de 7 minutes.

Edgar Morin, grand penseur humaniste

Edgar Morin a fêté ce 8 juillet dernier ses 100 ans ! Ce sociologue du temps présent a dialogué avec la vie pendant un siècle. A travers de nombreuses publications, il a transmis ses enseignements tirés de son expérience de la complexité humaine.

Voici ce qu’il disait dernièrement de la pandémie et de la crise sanitaire actuelle : à lire, relire et méditer.

« En somme, le confinement physique devrait favoriser le déconfinement des esprits. » © Photo lalibre.be

Un minuscule virus dans une ville ignorée de Chine a déclenché le bouleversement d’un monde.

En tant que crise planétaire, elle met en relief la communauté de destin de tous les humains en lien inséparable avec le destin bio-écologique de la planète Terre ; elle met simultanément en intensité la crise de l’humanité qui n’arrive pas à se constituer en humanité.

En tant que crise économique, elle secoue tous les dogmes gouvernant l’économie et elle menace de s’aggraver en chaos et pénuries dans notre avenir.

En tant que crise nationale, elle révèle les carences d’une politique ayant favorisé le capital au détriment du travail, et sacrifié prévention et précaution pour accroître la rentabilité et la compétitivité.

En tant que crise sociale, elle met en lumière crue les inégalités entre ceux qui vivent dans de petits logements peuplés d’enfants et parents, et ceux qui ont pu fuir pour leur résidence secondaire au vert.

Lire la suite

Inondations en Wallonie : communiqué de Mgr Warin

Les fortes pluies de mercredi ont fait sortir de leur lit un grand nombre de cours d’eau en Wallonie. Cela a provoqué d’importantes inondations, de multiples interventions de pompiers, l’évacuation d’habitants et de camps de mouvements de jeunesse, ainsi que malheureusement l’un ou l’autre décès. J’exprime ma sympathie aux personnes sinistrées, leur adresse mes encouragements et bénis les gestes d’entraide.
 
+ Pierre Warin
Évêque de Namur

http://www.diocesedenamur.be

Les grands-parents, témoins de la foi (2/2)

Sur une initiative du pape, le 25 juillet prochain sera consacré aux grands-parents et aux personnes âgées. En ce monde de transformations et de diminution de la pratique religieuse, voilà l’occasion pour le journal « Dimanche » de s’interroger sur leur implication dans la transmission de la foi à la jeune génération.

Entre deux confessions religieuses : la tolérance au quotidien.

Lorsque sa fille épouse un homme d’une autre confession, Marie s’inquiète quelque peu. Ce fut pourtant le début d’une belle histoire de rencontre et de dialogue…

« Respect et dialogue, voilà les 2 clés d’un bonheur partagé. Plus que des paroles, ce sont les gestes et les attitudes qui traduisent les convictions. » Photo Journal Dimanche

C’est une belle histoire que celle de Marie* : une ouverture au mode de vie et à la foi des autres. Revenons quelques années en arrière. Sa fille cadette, Bernadette *, décide d’épouser Marco*. A priori, rien de déroutant, si ce n’est que Marco est musulman. Pour une ancienne maman catéchiste, accepter que sa fille ne se marie pas religieusement est une première épreuve. L’autre, c’est celle d’une belle-famille très engagée dans une autre religion. Le temps des fiançailles et du mariage civil a été un passage éprouvant, tant pour Bernadette et son mari que pour leur fille. La peur n’était pas absente, face aux beaux-parents très estimés par Marco. Allaient-ils imposer un mode de vie ? Depuis son pèlerinage, la mère de Marco avait pris le voile. Qu’en serait-il de Bernadette ? « Le plus dur, c’est le fait que les enfants n’ont pas été baptisés« , reconnaît Marie. Au fil des années et des naissances, elle observe pourtant qu’une grande tolérance s’est développée entre les deux familles. C’est même devenu une habitude que la mère de Marco lui envoie un SMS pour lui souhaiter un Joyeux Noël. Du coup, Marie lui adresse, de temps à autre, un message, par exemple à l’occasion de la fin du ramadan. La clef de réussite de tous ces échanges tient, avant tout, au respect. « C’est réciproque« , se réjouit Marie. « Pourquoi serions-nous mieux qu’eux ? Chacun poursuit son chemin. Les enfants choisiront plus tard s’ils mangent de la saucisse ou pas ! » Le dialogue, voilà la seconde clef d’un bonheur partagé. Ainsi, le ramadan est-il suivi par le père qui refuse toutefois de l’imposer à sa propre famille, même si sa fille aînée vient de s’y essayer trois jours, pendant un congé scolaire. Voilà, pour Marie, l’occasion de comparer le ramadan au carême, en soulignant la préparation à la fête de Pâques.

Lire la suite

Les grands-parents, témoins de la foi (1/2)

Sur une initiative du pape, le 25 juillet prochain sera consacré aux grands-parents et aux personnes âgées. En ce monde de transformations et de diminution de la pratique religieuse, voilà l’occasion pour le journal « Dimanche » de s’interroger sur leur implication dans la transmission de la foi à la jeune génération.

Anne-Michèle et Patrick Lovens ont 15 petits-enfants. Et avec chacun d’eux, ils veulent tisser un lien personnel. Serait-ce une manière de leur offrir ce qu’ils ont de meilleur ?

Alors que de nombreux parents prennent leurs distances avec une pratique religieuse régulière, des grands-parents jouent le rôle de témoins de la foi, plus ou moins discrets, auprès de leurs petits-enfants. Un engagement souvent naturel et implicite, qui mène à de belles complicités.  » Ce qu’on veut partager ? Des contacts fréquents !  »  © Photo Pixabay

Pour son cours de religion, en rhétorique, Louise avait préparé un plaidoyer en faveur de la vie. Elle n’a pas manqué, ensuite, d’en discuter avec ses grands-parents. Quand le petit Mathias a vu un film sur les origines du monde, il a fait part de son étonnement auprès de ses grands-parents :  » N’est-ce pas Dieu qui a créé tout cela ?  » Et lorsque Louise, cinq ans, a accompagné ses grands-parents à la messe, elle a tenu à les interroger :  » Mais au fond, où donc est Dieu ?  » Des histoires comme ça, ils peuvent en raconter tout plein. Pas seulement parce que les quatre enfants d’Anne-Michèle et Patrick ont eu, au total, pas moins de 15 enfants. Surtout parce que, pour ces jeunes septuagénaires, chacun d’eux est unique et important.  » Ce qu’on veut d’abord partager avec nos petits-enfants, c’est des contacts fréquents « , insiste Anne-Michèle.  » En se voyant, en se téléphonant, via WhatsApp… Et même pendant le Covid ! Pour nous, il est important de nous intéresser à eux, à ce qu’ils font, à leurs travaux scolaires… En fait, depuis que nous sommes mariés, la famille est notre priorité. « 

Lire la suite