10 sentiers à explorer pour mieux se mettre en présence de Dieu (2ème partie)

Les moyens de prier ne manquent pas. Pourtant, de nombreux chrétiens rencontrent des difficultés dans leur vie de prière. Et si prier n’était pas si difficile qu’on le croit ? Découvrez dix façons simples de prier et mettez-vous en présence de Dieu en toutes circonstances.

Vitrail de la chapelle du monument à Marche-en-Famenne (WILLOOS)

On apprend à prier en priant. La prière existe dès que nous en avons le désir et que nous commençons à prier. C’est une expérience de foi et d’amour qui se vit au plus profond du cœur. Très discrète, elle frappe à la porte pour nous accompagner partout. La seule chose à faire : lui ouvrir. C’est un don de Dieu qui s’accueille dans la foi en s’y rendant disponible, là où l’on est. Alors, comment prier ? En priant, tout simplement.

Après avoir exploré les 5 premiers sentiers pour prier : vous priez comme vous êtes, comme vous vivez, comme vous croyez, comme vous aimez et comme vous parlez à un ami ; voici les cinq derniers se présentant comme des supports à la prière : vous priez avec votre désir, votre corps, la Bible, la liturgie et le silence.

6  Priez avec votre désir

Votre désir, c’est votre prière, disait saint Augustin. Vous priez en présentant à Dieu non seulement ce que vous êtes, mais ce que vous désirez être. Vous vous ouvrez au désir de Dieu en étant présent à sa présence avec tout votre désir. La prière que vous récitez, vous ne la dites pas seulement du bout des lèvres. Que vous répétiez intérieurement une prière que vous avez apprise ou que vous priez spontanément, ce que Dieu regarde, c’est le désir et l’amour que vous mettez dans votre prière.

Si vous arrivez difficilement à vous recueillir, avez l’impression d’être dans le vide, et si votre esprit part dans toutes les directions, aidez-vous d’une image ou d’une icône, d’un verset biblique, d’une musique, du nom de Jésus que vous répétez intérieurement. Savez-vous aussi que vous pouvez prier à partir de vos distractions, au lieu de vouloir les chasser sans cesse ?

À vous de voir ce qui vous aide dans la prière et quel est votre désir. Vous voulez peut-être trop en faire, ou bien vous voyez Dieu comme quelqu’un de compliqué qu’il faut impressionner, satisfaire, amadouer ? Sachez que la prière est comme Dieu, tellement simple. C’est un regard d’amour, un désir d’être avec Lui, un silence paisible, un doux soupir. Elle est fondamentalement repos, grâce, don.

7 Priez avec votre corps

Votre corps peut être un allié qui exprime et soutient votre prière. Nourrissez-le bien et donnez-lui le repos dont il a besoin. Prier, c’est aussi savoir s’asseoir. En étant bien assis et immobile, la colonne vertébrale droite, on prie mieux. Une bonne posture assise aide l’esprit à se recueillir et à être attentif à la présence de Dieu. Si, dans les grandes traditions, la position assise exprime surtout l’attente, l’écoute et la méditation, la position à genoux exprime la supplication, le repentir, l’adoration. Il y a aussi la position des mains, jointes ou levées, et aussi la posture debout. Pour le chrétien, la station debout signifie qu’il est déjà ressuscité dans le Christ. À vous de trouver la posture qui vous convient dans la prière. Et si vous vous endormez en priant, ne vous scandalisez pas : « Dieu comble son bien-aimé quand il dort » (Ps 126, 2).

Priez avec la Bible

Le chrétien ne prie jamais dans le vide, il répond à la parole de Dieu qu’il lit et entend, médite et contemple, individuellement ou en groupe. La tradition chrétienne parle de quatre exercices de l’être spirituel qui sont comme quatre degrés de la prière : lecture spirituelle, méditation, prière, contemplation. On cherche en lisant et on trouve en méditant. On frappe en priant et on entre en contemplant.

La méthode est simple. Vous vous recueillez quelques minutes, puis vous lisez un verset ou une scène de l’Évangile. Vous lisez lentement dans votre cœur comme si vous « mâchiez » le texte. Vous méditez et goûtez ce que vous lisez. Ce n’est plus votre activité, mais celle de Dieu. Il peut se manifester par un silence pacifiant qui envahit tout. Cela arrive assez rarement, notre prière étant plus souvent au ras des pâquerettes, mais la prière contemplative, qui est une attention amoureuse à Dieu, n’est pas pour autant l’apanage des moines et des moniales. Dieu est libre de ses dons.

Priez avec la liturgie

 « Moi, je prie chez moi, je n’ai pas besoin d’aller à l’église », pensent certains. Il est vrai que l’on n’est pas obligé d’être dans une église pour prier, puisque le cœur est le sanctuaire de la prière. Le starets Silouane (saint moine orthodoxe du Mont Athos) écrivait que pour celui qui prie, le monde entier devient église. Mais le Seigneur nous donne aussi de le rencontrer dans la célébration liturgique.

La liturgie et la prière personnelle ne sont pas opposées, mais s’interpénètrent comme le levain dans la pâte. La liturgie et les sacrements ont toujours été considérés comme des lieux privilégiés de la rencontre du Christ ressuscité. Pourquoi n’iriez-vous pas puiser à cette source qui ouvre votre prière aux autres en lui donnant des mots qui la nourrissent de l’intérieur ? On passe du « je » de sa prière au « nous » de l’Église : « Prions le Seigneur ».

La liturgie est un faire qui aide à être prière. Par ses rites, paroles, gestes, chants, musiques, la liturgie enseigne à prier tout en proposant une expérience : la rencontre du Ressuscité qui conduit au Père en donnant l’Esprit. Diverses formes de prière communautaire peuvent irriguer la prière personnelle : célébration de la Parole, prière charismatique, pèlerinage, bénédictions quotidiennes, rosaire, liturgie des Heures, qu’on appelle aussi Office divin, et que l’on retrouve dans le livre Prière du temps présent.

10  Priez avec le silence

C’est parce que Dieu est Parole que l’on fait silence. Le silence dont il est question ici est d’abord intérieur avant d’être extérieur. Il n’est donc pas tant l’absence de paroles qu’une présence amoureuse au mystère, une communion à ce qu’il y a de plus sacré, de plus profond en nous. On peut très bien goûter ce silence en plein métro à l’heure de pointe, ou être envahi par les bruits intérieurs dans un monastère éloigné du monde. La bienheureuse Marie de l’Incarnation, une mystique canadienne, disait que « le silence est un parler sacré dans lequel on goûte l’amour ».

Le silence est à la prière ce que l’eau est au poisson : un espace vital. Il éveille le cœur et met en présence du mystère de Dieu. Un silence tout d’attente, simple attention à la Présence, éveil à Dieu. Vous pouvez le désirer, l’accueillir, le cultiver. Ce silence habité se vit surtout dans l’oraison intérieure, appelée aussi prière contemplative. Le but recherché est toujours le même : l’union avec Dieu présent au centre de l’âme. « Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra » (Mt 6, 6).

Jacques Gauthier

Extrait d’Aleteia

Une réflexion sur “10 sentiers à explorer pour mieux se mettre en présence de Dieu (2ème partie)

  1. bernard&martine cuvelier gezels

    Prier véritablement , c’est dire les paroles de notre coeur à Dieu , cela signifie se sentir proche de lui , sentir qu’il est présent , sentir une paix intérieur une sérénité et cela dans une pièce retirée avec la porte fermée .

    J'aime

Faites-nous part de votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s