Pâques, passage de poète : merci Philippe Jaccottet

Pâques est la plus grande fête chrétienne, la plus mystérieuse aussi. Noël nous touche par son humanité. Pâques nous trouble par son immensité. La mort et la vie se côtoient, elles ne font qu’un. Oui, nous le savons, la nature renaît au printemps, le cycle des saisons est un éternel recommencement. Mais comment saisir, alors que nous nous savons mortels, cette folle espérance symbolisée par la résurrection du Christ ?

Philippe Jaccottet nous a quittés le 24 février 2021. Reconnu universellement, ce grand poète suisse a vu ses œuvres publiées, de son vivant, dans la prestigieuse « Bibliothèque de la Pléiade ». En cette période de Pâques, écoutons-le nous parler de la nature et nous ouvrir à la lumière. Illustration : © Pixabay

Renvoyés à nous-mêmes

Le tombeau vide est peut-être l’image la plus forte de la Pâque chrétienne. Et, comme l’année passée, elle résonne au plus profond de nous. Nos églises sont certes un peu moins vides qu’en 2020… mais si peu. Nous sommes renvoyés à nous-mêmes, dans l’intime de nos peurs et de nos confiances. Aucun raisonnement ne nous comblera. Alors, si nous écoutions les poètes, eux qui saisissent l’insaisissable et nous guident pas à pas, mot à mot.

Philippe Jaccottet nous a quittés le 24 février 2021. Reconnu universellement, ce grand poète a vu ses Oeuvres publiées, de son vivant, dans la prestigieuse « Bibliothèque de la Pléiade ». Il ne se disait pas croyant mais, toute sa vie, il s’est questionné sur le sens de l’existence. La poésie était, pour lui, le moyen d’atteindre l’essentiel (si ce mot banalisé signifie encore quelque chose aujourd’hui). Comment ? En observant la nature, les fleurs, les plantes qui, dans leur humilité, nous ouvrent à la lumière. Écoutons-le, il nous parle !

Lire la suite

Vers Pâques

Le Triduum pascal est une période de trois jours pendant laquelle l’Église célèbre la Passion, la Mort et la Résurrection de Jésus qui s’étend de la messe du Jeudi saint au dimanche de Pâques.

Voici les liens pour participer (de loin) aux moments forts de la liturgie à l’abbaye d’ORVAL de cette semaine pascale :

Jeudi Saint, 19h00

Vendredi Saint, 16h00

Nuit pascale 05h00

Pâques 10h00

Ci-joint une œuvre de Fernande Dury.

Pour ses disciples, pour ses amis, pour sa famille, la mort de Jésus c’est la mort d’un frère, d’un fils. Ils vont le pleurer comme nous pleurons ceux qui nous quittent et que nous ne reverrons plus.

Mais dans la foi chrétienne, il y a l’espérance de revoir ceux que nous avons aimés.

En attendant, nous allons vivre 3 jours bouleversants avec les célébrations de la Passion, de la Mort et de la Résurrection du Christ.

Pour nourrir votre méditation durant ces 3 jours saints, quelques belles vidéos du site VODEUS.

Jeudi saint : office de la Cène

Jésus. Les traits d’une Parole : La séparation

La fête de Pâques prend un sens très particulier cette année

Pour le nihilisme, cette aspiration au rien , le dominicain Dominique Collin invite chacun, à travers l’Evangile, à redécouvrir ce qui donne vie à la vie, ce qui lui est essentiel.

Et si le nihilisme, cette aspiration au rien, quand la vie s’enlise dans l’ennui ou le non-sens, était un virus encore plus dangereux que le Covid-19 pour l’avenir de nos sociétés ? Pour le déjouer, le dominicain Dominique Collin invite chacun, à travers son ouvrage « L’Évangile inouï » (publié chez Salvator), à redécouvrir ce qui donne vie à la vie, ce qui lui est essentiel. L’Évangile, pour autant qu’on puisse l’écouter pleinement, rappelle la valeur incommensurable de toute vie, et se présente comme le plus grand antidote au nihilisme ambiant, insiste le théologien dans un ouvrage aussi exigeant qu’engageant.

Qu’est-ce que la fête de Pâques a encore à nous dire ?
Je crois qu’elle est particulièrement significative cette année en raison du confinement et de la menace du Covid. Le mot Pâque ou Pessah, si l’on en revient à son origine juive, veut dire “épargner”, “passer par-dessus”. Il célèbre le fait que Dieu a épargné le peuple hébreu à l’époque de Pharaon. La fête de Pâques est donc une fête de la délivrance. Cette année, nous allons certes la vivre avec la crainte que l’épidémie ne passe pas, qu’elle nous touche, mais aussi peut-être avec une espérance que le monde survive et qu’il puisse même être plus libre que celui que nous avons connu. Ces dimensions de la libération et de la délivrance qui correspondent à la matrice juive de la Pâque sont à redécouvrir et vivre plus intensément cette année.

Lire la suite