Confiné ? Sainte Thérèse de Lisieux…

Vous ne savez pas comment vivre votre appel missionnaire entre quatre murs ? Pas de panique, l’une des plus grandes saintes de tous les temps est maîtresse en la matière. Cloîtrée dans sa cellule, sainte Thérèse de l’Enfant Jésus a pourtant décroché le titre de co-patronne des missions. Voici quelques conseils à suivre pour annoncer le Christ confiné.

Si elle n’est jamais sortie de son couvent, la petite Thérèse n’en demeure pas moins patronne des missions depuis 1927. Et si vous profitiez de cette période de confinement pour marcher à sa suite et vivre l’appel missionnaire depuis chez vous ?

1. Portez les missionnaires qui sont en première ligne dans la prière
MISSIONARIES OF CHARITY;NEW YORK;MOTHER TERESA

Jeffrey Bruno
The Sisters of the Missionaries of Charity gather for 7:00am Mass at their Gift of Love residence in lower Manhattan.

Avant de devenir la grande sainte que nous connaissons, Thérèse a été éduquée très jeune par l’Enfance missionnaire, une branche des Œuvres missionnaires pontificales, ou elle apprend à prier pour la mission de l’Église. Bien plus tard, alors au Carmel, ses prieures confient à son intercession deux prêtres, l’abbé Maurice Bellière, envoyé en Afrique et l’abbé Adolphe Roulland, missionnaire en Chine. À ces deux prêtres qu’elle considère comme ses frères spirituels, elle envoie des lettres d’une grande richesse, suivant de près chacune de leurs avancées. Son ardeur est telle qu’elle demande même au père Roulland de lui faire parvenir l’une de ses mèches de cheveux en prévision de son martyre. En cette période de confinement, prier pour les missionnaires peut être un geste concret. Qui sait si une simple prière pour les prêtres restés auprès des plus pauvres ne peut pas changer le cours de l’histoire et sauver des vies ? Sans compter que l’on peut aussi confier au Seigneur ceux que le pape appelle les saints de la porte d’à côté : les soignants.

2. Soyez charitable dans les petites choses du quotidien
MOM,KIDS,HOMEWORK

Shutterstock

Bloqué dans un 14 m2 à Paris, privé temporairement d’avenir en raison de l’annulation de concours, coincé à la maison entre l’école avec les enfants et le télétravail… nombreuses sont les raisons qui peuvent nous pousser à remettre nos rêves de sainteté et nos élans missionnaires à plus tard. Et si, au contraire, ce temps particulier pouvait nous permettre d’emprunter ce chemin de la sainteté ordinaire enseigné par Thérèse ? Elle qui nous invite à rendre extraordinaire le quotidien parfois banal de nos vies. « Si toujours tu restes fidèle à Lui faire plaisir dans les petites choses, Lui se trouvera obligé de t’aider dans les grandes. » Avec cette perspective, pas de doute : c’est aussi en sortant les poubelles ou en débarrassant le lave-vaisselle que l’on répond à l’appel du Seigneur. Celui qui suit ce chemin de simplicité et de fidélité aux petites choses devient missionnaire et apôtre quel que soit son lieu.

 3. Laissez-vous captiver par Jésus
FAMILY PRAY

Corinne SIMON I CIRIC
Prière en famille à la maison.

Combien de fois imaginons-nous des recettes ou des programmes missionnaires “révolutionnaires” en oubliant l’essentiel ? Comme l’a rappelé le pape François lors d’une audience en 2016, la vraie mission n’est pas prosélytisme mais attraction au Christ à partir de la forte union avec Lui dans la prière, l’adoration et dans la charité concrète. Et le pontife de citer sainte Thérèse en exemple. À sa manière, la carmélite avait en effet bien compris que c’est en aimant le Christ qu’elle pouvait attirer les autres âmes à Dieu. « Seigneur, je le comprends, lorsqu’une âme s’est laissée captiver par l’odeur enivrante de vos parfums, elle ne saurait courir seule, toutes les âmes qu’elle aime sont entraînées à sa suite ; cela se fait sans contrainte, sans effort, c’est une conséquence naturelle de son attraction vers vous », écrit-elle. À la maison, un simple coin prière suffit pour se laisser remplir par le Seigneur.

4. Choisissez l’amour pour mission

Voilà le secret de cette grande sainte qui marqua le XIXe siècle si empreint de jansénisme. Alors qu’elle n’a plus qu’une année à vivre, après avoir ouvert les épîtres de saint Paul, Thérèse écrit ces mots :

Je compris que l’Amour seul faisait agir les membres de l’Église, que si l’Amour venait à s’éteindre, les Apôtres n’annonceraient plus l’Évangile, les Martyrs refuseraient de verser leur sang… Je compris que l’amour renfermait toutes les vocations. […] Alors, […] je me suis écriée : Ô Jésus, mon Amour… ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’amour !

Ces quelques phrases marquent la découverte de la profondeur de sa mission sur cette Terre. En ce temps de confinement, quand l’ennui ou la maladie semblent vider la vie de sa substance, chacun peut se les approprier. Au fond, le confinement n’est-il pas le meilleur moment pour goûter à la plus grande des vocations ?

Extrait d’Aleteia

Faites-nous part de votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s