Joyeux dans l’Espérance

Joseph BURGRAFF, qui a des attaches dans la région de Paliseul, est religieux dans la congrégation missionnaire des Pères Spiritains. Les Spiritains, appelés également missionnaires du Saint-Esprit, forment une congrégation cléricale missionnaire particulièrement développée en Afrique.

« Joyeux dans l’Espérance » est un bulletin trimestriel des Pères Spiritains

Chaque trimestre, il publie un bulletin d’amitié intitulé “Joyeux dans l’Espérance”. Il y signe des éditos toujours pleins de sens et… d’Espérance. Nous vous proposons de publier sur notre site, à fréquence régulière, les éditos du Père Joseph BURGRAFF.

 

+++++

Joyeux dans l’Espérance

Trait d’union entre les Spiritains et leurs amis, familles, bienfaiteurs

La mission, cuvée 2019

Le pape François ne cesse de nous provoquer ! De nous bousculer ! Ecoutez plutôt :

Je veux une Eglise en sortie. Une Eglise missionnaire. Une Eglise des pauvres et pour les pauvres.

Une Eglise qui va aux périphéries.

Il le dit et il le redit sans arrêt. Et en plus il n’hésite pas à donner l’exemple: il va à la rencontre des migrants, il visite les prisonniers, il organise l’accueil des pauvres à Rome. En ce mois de février 2019, il a demandé à un cardinal de présider les obsèques d’un sans-abri, Jan, 62 ans, d’origine polonaise (cela se passait dans l’église de Santo Spirito in Sassia – église sanctuaire de la Miséricorde divine).

Tous cela nous interpelle, et certainement nous, missionnaires professionnels. Ecoute, dialogue, accompagnement. Ce sont des choses que nous connaissons. Mais il y a du neuf. Par exemple : où faut-il aller pour être missionnaire ? Où sont les territoires de mission ? Ce n’est pas nécessairement au-delà des océans.  La mission, c’est aller chez les pauvres, les déshérités, les exclus, les victimes d’injustice. Aller où Jésus aime aller. Pas loin de chez  nous.

La mission, c’est proclamer, en paroles et en actes, la Bonne Nouvelle de Jésus, présent et actif sur nos routes et dans nos vies.  Dire la Joie de l’Evangile, manifester la joie d’évangéliser. En un mot : proclamer la Bonne Nouvelle et sa permanente nouveauté, sa force et la joie qui l’accompagne.

De plus, la mission (re)devient une priorité pour tout chrétien. Ce n’est pas une option, une tâché réservée à quelques-uns ou à certaines congrégations spécialisées. Etre chrétien c’est, nécessairement, être missionnaire. Le pape nous lance un défi : devenez des disciples-missionnaires. Le trait d’union est important. Le pape choisit ses mots et invite fortement à une conversion pastorale et missionnaire. Rien que cela !

Il faut bien comprendre. Pas question de conquête ou de reconquête. On n’impose pas l’Evangile, on le propose, on le rayonne. L’Eglise est minoritaire, dont acte. Mais c’est une minorité signifiante, qui vit joyeusement l’Evangile. Etre disciple-missionnaire c’est tout simplement être chrétien, et heureux de l’être, dans un monde qui ne l’est pas.

Concrètement : que devons-nous faire ? L’Evangile est un trésor, nous n’allons pas l’enfouir mais le partager. Le pape demande d’accueillir toujours à nouveau la Bonne Nouvelle : Dieu est là, il fait route avec toi, il veut ton bonheur. Il te fait confiance pour construire un monde différent. Sois un artisan de paix et de justice, construis des ponts, détruis les murs de séparation. Deviens un(e) spécialiste des liens entre les personnes. Trouve ou crée des lieux d’échange, de partage et de solidarité, de pardon et de réconciliation. Va aux périphéries ! Vis dans la réalité humaine marquée par la souffrance des hommes, le péché, les injustices, les solitudes, le monde sans espérance, et sans Dieu. Ne soyez pas des fonctionnaires, ne vous laissez pas voler la joie de l’Evangile

La foi amène le croyant à voir dans l’autre un frère à soutenir et à aimer. Ce n’est pas une phrase d’Evangile, mais je suis certain que Jésus la signe des deux mains et qu’il s’y reconnaît. Cette phrase vient du document sur la fraternité humaine signé par le pape François et le grand Iman d’al-Azhar en ce mois de février 2019. De quoi faire rêver, et surtout de quoi nous mobiliser tous pour la paix, la condamnation du terrorisme et la liberté de croire.

Père Joseph BURGRAFF

Faites-nous part de votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s