Joyeux dans l’Espérance

« Dans la grisaille, les questions et les bruits de guerre…, prenez un temps de respiration, choisissez la joie dans l’espérance. Car Dieu veille. » Ce sont les mots du Père Joseph Burgraff, lors de l’envoi de son dernier bulletin.

Le Père Joseph BURGRAFF publie, chaque trimestre, un bulletin d’amitié intitulé “Joyeux dans l’Espérance”, trait d’union entre les Spiritains, leurs amis, familles et bienfaiteurs.

Nous vous proposons l’éditorial de mars 2022. 

Et maintenant ?

Deux ans !

Deux ans déjà que nous vivons en situation de crise sanitaire liée au Covid. Avec des hauts et des bas, avec des restrictions et des contraintes. Qu’on le veuille ou non, on prend des habitudes, on s’habitue au confinement et aux limites des bulles : moins de sorties et de rencontres. Les célébrations « tolérées » le sont avec des limites, avec une assistance réduite. C’est triste, et frustrant. Les vaccins nous ont rendu quelques espoirs, mais ils ne règlent pas tous les problèmes.

Vue sur Offagne, ce jeudi 10 mars en fin de journée.

Cette crise en entraine d’autres, et entretient une certaine morosité. Un climat idéal pour prophètes de malheurs. Et puis, en réaction, il y aussi des attitudes plus constructives. On ne peut pas vivre avec la catastrophe comme seul horizon. La vie continue, mais pas sans nous. Il faut sortir des bulles, de son appartement, de sa maison, des sacristies.

Il n’y a pas que des mauvaises nouvelles !

La machine économique se relance. Le baromètre sanitaire passe du rouge à l’orange et se dirige vers le vert. Il y a des expériences bouleversantes de solidarité, d’audace, de courage. Les sinistrés des inondations de juillet dernier en parlent volontiers : ainsi, un groupe de bénévoles flamands qui, depuis six mois, vient chaque week-end dans la région de Verviers pour aider, déblayer, reconstruire. Dans nos paroisses, le confinement a fait naître de nouvelles façons de se retrouver, de s’entraider, de (re)nouer des contacts, de lutter contre l’isolement la solitude, la pauvreté. La vie continue !

En mémoire…

Le 1er janvier, en communauté, nous avons évoqué le 60e anniversaire de la mort de nos martyrs de Kongolo. Le Mémorial Kongolo n’est pas un monument aux morts, il actualise le passé. Le Mémorial est présence, prolongement, actualisation. Il rend présent le sacrifice de nos confrères, victimes de leur décision de rester avec les réfugiés et les pauvres. Le Mémorial ne rappelle pas la mort, mais la disponibilité. Et un choix clair pour les plus petits, pour les personnes isolées. Les Martyrs nous poussent dans le dos, nous font chercher de nouvelles formes de disponibilité. Ils nous apprennent à donner et à recevoir. A partager ce que nous avons, y compris nos fragilités. Je me retrouve bien dans la parole du frère Luc (Tibhirine) : « Je fais l’expérience de la vieillesse qui nous met dans la pauvreté et la dépendance. À notre mort, Dieu nous demandera d’être pauvres et cela suffira ». Nos fragilités sont une limite, mais aussi un tremplin.

Joyeux dans l’Espérance.

Vivre dans l’espérance, c’est compter, très concrètement sur Dieu, et sur les autres : familles, proches, voisins, amis, et les amis de nos amis. Depuis plus de cent ans, les spiritains de Gentinnes sont ainsi portés, encouragés par des amis. Missionnaires, nous portons des trésors, dans des vases d’argile… Ce n’est donc pas sur nos forces qu’il nous faut compter.

Je voudrais finir par une citation de Jean-Marie Godefroid, un des 20 martyrs de Kongolo : les missionnaires ne sont ni des héros, ni des aventuriers, vous le savez, mais des hommes tout ordinaires chargés du travail le plus beau qui soit mais aussi, peut-être, le plus exigeant qui soit. Avec vous, nous attendons le Seigneur Jésus.
(la veille de Noël 1961, une semaine avant son martyre).

Père Joseph BURGRAFF

Faites-nous part de votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s