Prendre de la hauteur

Cette fête de l’Ascension et les textes de ce jour nous invitent à prendre de la hauteur.

« Cette fête de l’Ascension que nous célébrons, nous invite peut-être à inscrire notre temps, notre vie dans l’éternité, dans l’éternité de ce Dieu, qui par son retrait nous convie chaque jour à vivre pleinement le présent.  » Photo © Pixabay.

Il s’agit peut-être de poser sur notre vie, sur notre propre situation, des yeux qui ne sont pas les nôtres, regarder notre vie avec les yeux de Dieu.

Prendre un peu de hauteur sur sa vie, c’est peut-être discerner l’essentiel au-delà de l’urgence, c’est peut-être aussi éviter de vouloir tout maîtriser.

Prendre de la hauteur sur sa vie, c’est oser tout simplement lâcher prise, comme l’a fait le Christ. Ne pas être dans le contrôle, faire confiance.

Prendre de la hauteur, c’est peut-être aimer sans dévorer. C’est tenir véritablement à quelqu’un sans le posséder, c’est être épris de l’autre sans s’y agripper.

Oui, l’Ascension est cette ultime révélation de l’amour d’un Dieu qui s’efface à nos regards pour se rendre présent, éternellement présent dans le temps de l’humain et c’est peut-être cet effacement de Dieu, sa discrétion, son retrait qui le rend crédible, digne de foi, digne de confiance.

Cette fête de l’Ascension que nous célébrons, nous invite peut-être à inscrire notre temps, notre vie dans l’éternité, dans l’éternité de ce Dieu, qui par son retrait nous convie chaque jour à vivre pleinement le présent.

Il s’agit peut-être d’accueillir ce don de Dieu dans notre vie. Donner à nos rencontres un goût d’éternité. « Moi je suis avec vous, tous les jours, jusqu’à la fin du monde. »

Le temps qui passe est celui de Dieu. En ce sens, nos errances, nos échecs, nos lenteurs sont peut-être temps de lieux de maturation où Dieu est présent malgré notre sentiment d’absence. Oui, si nous regardons le temps avec les yeux de Dieu, vivre le présent consistera alors à accueillir chaque jour le temps pour ce qu’il est sans vouloir le posséder.

Malgré parfois nos sentiments d’abandon, Dieu vient, il est présent tous les jours. Il vient lorsqu’un acte de soin et de bienveillance est posé, lorsqu’une parole qui relève est donnée, lorsqu’un geste de consolation est offert. Oui vraiment, il est avec nous, si nous voulons tous les jours que Dieu soit nommé ou pas. Il est avec nous tous les jours et il n’est peut-être pas là où nous le cherchons. Oui, l’Ascension nous invite à prendre de la hauteur sur notre vie.

Propos glanés lors des interventions de Frère Didier Croonenberghs à la messe télévisée de ce jeudi de l’Ascension à la cathédrale Saint-Sauveur à Bruges.

Faites-nous part de votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s