Y a-t-il trop peu de prêtres ou bien trop peu de chrétiens ?

Une chronique de Dominique Janthial parue dans la libre.be du 3 février 2019.

 

Dominique Janthial a enseigné la Bible à la Faculté de Théologie des Jésuites à Bruxelles (IET) pendant 20 ans à de futurs prêtres.

 

Les jeunes loin de l’Église envisageraient-ils davantage de devenir prêtres en étant mariés? Je ne le crois pas.

Il y a deux jours, en réaction aux déclarations du pape François, et sous la forme d’une supplique adressée à Sa Sainteté, La Libre publiait la contribution externe de notre confrère, ami et depuis peu voisin, le p. Charles Delhez. Sans surprise, puisqu’il avait déjà exprimé son opinion dans un ouvrage paru il y a une dizaine d’année, le p. Charles – comme l’appellent avec affection les nombreux jeunes qui bénéficient de son ministère notamment dans le cadre des Equipes Saint Michel et sont nombreux à fréquenter aussi notre paroisse St François de Louvain-la-Neuve – le p. Charles donc, est en faveur de l’ordination d’hommes mariés au sacerdoce ministériel. Son propos est nuancé, citant le p. Lobinger, il demande au Pape, l’ordination d’hommes mariés qui exerceraient « leur ministère à temps partiel et seraient ordonnés pour une communauté particulière dans laquelle ils travailleraient en équipe ». Les arguments sont également connus : peu d’attraction des jeunes pour une éventuelle « carrière sacerdotale », scandale de la pédophilie, etc.

En réagissant à son propos, j’ai conscience de jeter un pavé dans le lac de Louvain-la-Neuve – ce que je fais à contre cœur car cela ne manquera pas d’effaroucher les oies, cygnes et autres vilains petits canards qui y évoluent gracieusement. De plus, il n’est jamais agréable d’aller contre une opinion qui, dans notre pays, bénéficie d’un large consensus dans la population en général et même chez les fidèles de l’Église catholique du moins chez les personnes de ma génération, les cinquantenaires et leurs aînés. Cependant il me semble que l’on peut discerner une tendance inverse chez les fidèles plus jeunes. Et cela doit quand même être pris en considération car bien que moins nombreux ils constituent néanmoins l’avenir de l’Église…

Disons-le tout net, ma réserve vis-à-vis de la proposition du p. Charles n’est nullement d’ordre théologique. L’ordination d’hommes mariés est pratiquée dans les églises catholiques de rite oriental et, en vivant au Moyen-Orient pendant plusieurs années, j’ai pu rencontrer des prêtres mariés qui réalisent un beau travail pastoral. Non, ma réserve se situe sur le terrain de l’opportunité d’un tel changement dans notre contexte ecclésial belge. J’ai coutume de dire que nous ne manquons pas de prêtres, mais nous manquons de chrétiens. Là où il y a des communautés vivantes, des vocations surgissent. J’ai pu le constater durant tout mon ministère et j’ai été ordonné il y a déjà presque 25 ans.

En revanche, mettre des prêtres que l’on fait venir de l’étranger pour garder des églises que les fidèles ont désertées – comme cela a été la politique de certains de nos évêques par le passé – n’a jamais fait revenir les chrétiens dans ces églises. Le p. Charles constate que les jeunes n’envisagent plus « la carrière sacerdotale [car] ils sont trop loin de l’Église » mais ces jeunes loin de l’Église envisageraient-ils davantage de devenir prêtres en étant mariés ? Je ne le crois pas. De plus être prêtre aujourd’hui nécessite d’avoir une formation très solide et un long mûrissement pour pouvoir répondre aux redoutables questions de notre société très sécularisée et où sévit ce que le Cardinal Danneels appelait « le déboisement de la mémoire chrétienne ». Comment des hommes mariés trouveraient-ils le temps d’une telle formation au milieu de leurs activités familiales et professionnelles ? Et à supposer qu’ils le trouvent, qui voudrait être épouse de tels hommes sur-occupés, qu’en penseraient leurs enfants ?

Je ne sais pas si l’Église doit se montrer obsédée par le désir de « tenir le terrain » ou donner l’impression qu’elle veut recruter des clercs tous azimuts. C’est peut-être là que se niche le cléricalisme le plus subtil. À l’inverse une répartition des tâches harmonieuse entre prêtres et laïcs lorsqu’elle est vécue paisiblement et joyeusement est la meilleure manière, à mon sens, de faire naître des vocations de prêtres et surtout… de chrétiens !

Dominique Janthial

Prêtre du diocèse de Malines-Bruxelles et curé de la paroisse S. François à LLN.

Faites-nous part de votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s