Le linceul de Turin est-il la preuve de la résurrection de Jésus ?

Une nouvelle technique de datation par des rayons X révèle que le linceul daterait bien de 2 000 ans. Et alors ?

Le linceul de Turin, ce drap de lin qui aurait recouvert le corps du Christ après sa crucifixion, est l’objet d’intenses et acharnés débats depuis des décennies. Certains s’y opposent au nom de la science, et d’autres y verraient volontiers une preuve de la résurrection.

« La foi est une simple confiance en Dieu. Elle ne nous offre pas de réponses toutes faites, mais nous donne de ne pas être paralysés par la peur ou le découragement. Elle nous engage, nous met en route. Par elle, nous saisissons que l’Évangile élargit un horizon d’espérance au-delà de toute espérance… »  Frère Aloïs de Taizé

Une nouvelle technique de datation par des rayons X, vient-on d’apprendre ce 11 avril 2022, révèle que le linceul daterait bien de 2000 ans. Voilà qui contrarie les résultats de la datation précédente, au carbone 14, qui concluait qu’il n’avait que sept siècles et était donc une construction médiévale. La récente mesure enlève des arguments à ceux qui recherchent, au nom de la science, des supercheries dans la religion. Il ne serait pas absurde d’y croire, il peut être raisonnable d’y apporter crédit.

Avec ce linceul, aurait-on enfin la preuve de la résurrection ? Modérons nos transports. Ce qui me réjouit, ce n’est pas d’avoir un argument de plus en faveur de la résurrection, mais une objection de moins à propos du linceul. Même si la récente technique semble plus fiable que la précédente et arrive à des conclusions plus conformes à cette croyance, la recherche n’est pas achevée. Il faut continuer l’examen. La science arrive rarement à des réponses définitives.

Heureusement, la méthode aux rayons X, beaucoup moins destructive (un morceau de lin de 0,5 mm sur 1 mm a suffi), peut être répétée plusieurs fois. D’autres mesures sur le même échantillon pourront être confiées à d’autres laboratoires en vue d’une confirmation. De plus, d’autres mystères entourent encore le fameux linceul, et heureusement. J’aime les mystères qui demeurent. Ils me gardent de la tentation de toute-puissance.

Lire la suite