« Trois fois Saint » – Sainte Trinité

« De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ». (Matthieu 28, 16-20)

Le dimanche qui suit la Pentecôte est toujours consacré à la Sainte Trinité. © copie d’écran Pixabay

La Trinité n’est pas un problème de mathématiques. Pourtant, comme l’amour ne s’additionne pas, mais se multiplie – ne dit-on pas le « Dieu trois fois Saint » ? – chacun peut vérifier que 1 X 1 X 1, cela fait toujours 1. La Trinité : 3 Personnes divines en un seul Dieu.

Bien plus qu’un problème de mathématique, la Trinité est Mystère d’amour. Le peu que la révélation chrétienne nous ait donné de percevoir de l’infinité de Dieu, est que celui-ci est une éternelle Relation de Don : entre le Père qui est Source de tout Don, le Fils à Qui le Don est destiné et qui le rend au Père dans l’unité de l’Esprit – qui est Don.  

La Bible nous enseigne que l’homme est créé à l’image de Dieu. Voilà pourquoi nous sommes des êtres relationnels et voilà pourquoi seul le Don de nous-mêmes nous fait rejoindre notre vérité profonde. Devenir disciple du Christ et vivre son baptême, c’est dans l’Esprit s’unir au don du Fils pour devenir enfant du Père.               

Extrait du blog de l’abbé Eric de Beukelaer

Premières Communions

Le mois de mai est traditionnellement dédié à la piété mariale, mais aussi aux célébrations des sacrements d’initiation chrétienne parmi lesquels l’Eucharistie. Dans notre U.P. – PALISEUL – st. Joseph les enfants de plusieurs paroisses ont rencontré pour la première fois Jésus Ressuscité qui est présent sous l’espèce du pain consacré. La Première Communion c’est la porte ouverte pour la communion fréquente. Pour que les enfants profitent de cette chance inouïe nous les avons confiés, ainsi que leurs familles à la protection de st. Joseph

Saint Joseph, gardien de la Sainte Famille, protège notre foyer.

Eloigne de nous toute contagion par le péché et la corruption.

Aide-nous, dans ta miséricorde, à lutter contre le mal.

Donne-nous le courage de remplir chaque jour nos devoirs

et d’accomplir la volonté de Dieu.

Garde-nous du mensonge et des paroles blessantes.

Eclaire notre esprit quand nous prenons des décisions.

Donne-nous de la force dans l’adversité et le découragement

Renforce notre amour pour que dans notre famille

règnent toujours la confiance et la tolérance mutuelles.

Ecarte de nous tous les dangers pour l’âme et le corps :

à la maison, au travail et sur la route.

Enfin, fasse que Dieu occupe toujours la place d’honneur

dans notre famille et dans nos cœurs.

Saint Joseph, notre protecteur, prie pour nous.

Pentecôte et Évangile, aujourd’hui ?

La Pentecôte transforme des poltrons en témoins. Les apôtres iront « évangéliser » le monde entier. Évangéliser, un mot qui en rebute beaucoup. Il est souvent associé, voire identifié à colonisation et œuvre de civilisation (entendez la nôtre). On le confond avec le prosélytisme : partir en campagne pour faire de nouveaux adeptes. Et, quand on estime la tâche nécessaire, on la croit réservée aux prêtres et aux religieux et, parmi eux, les missionnaires en habits blancs. Mais tout cela est d’une autre époque.

 » Évangéliser, c’est mettre de l’Évangile dans mon comportement, dans mes conversations, dans ma façon de voir, sans ostentation ni triomphalisme, mais en toute humilité. » Copie d’écran © Journal Dimanche

Évangéliser n’est pas une affaire de prédication, que ce soit à l’église, dans les médias ou sur les réseaux sociaux. Il n’est pas tant question de proclamer une bonne nouvelle – étymologie du mot Évangile – que d’être une bonne nouvelle contagieuse. Jésus n’évangélisait pas seulement par des mots, mais aussi par ses gestes attentifs à chacun, par sa présence ouverte à tous.

Lire la suite

Confirmations

Ce dimanche, le 16 mai dans plusieurs paroisses de notre doyenné de BERTRIX, les enfants, après avoir terminé leur parcours catéchétique, ont reçu le sacrement de confirmation. Dans notre U.P – PALISEUL – st. Joseph, pour recevoir les dons de l’Esprit Saint, ils étaient 32. Nous les félicitons ainsi que leurs parents et leurs familles. Voilà le secret du bonheur du Cardinal MERCIER

« Je vais vous révéler un secret de sainteté et de bonheur :

si tous les jours, pendant cinq minutes, vous savez taire votre imagination,

fermer vos yeux aux choses sensibles et vos oreilles à tous les bruits de la terre,

pour rentrer en vous-même, et là, dans le sanctuaire de votre âme baptisée,

qui est le temple du Saint Esprit, parler à ce divin Esprit, lui disant :

O Esprit Saint, âme de mon âme, je T’adore profondément.

Eclaire-moi, guide-moi, fortifie-moi, console-moi ;

Dis-moi ce que je dois faire, donne-moi tes ordres ;

Je te promets de me soumettre à tout ce que Tu désires de moi

Et d’accepter tout ce que Tu permettras qu’il m’arrive,

Fais-moi seulement connaître Ta Volonté’

Si vous faites cela, votre vie s’écoulera heureuse, sereine et consolée,

même au milieu des peines, car la grâce sera proportionnée à l’épreuve,

vous donnant la force de la porter,

et vous arriverez à la porte du Paradis.

Cette soumission au Saint Esprit est le secret de la Sainteté »

Prendre de la hauteur

Cette fête de l’Ascension et les textes de ce jour nous invitent à prendre de la hauteur.

« Cette fête de l’Ascension que nous célébrons, nous invite peut-être à inscrire notre temps, notre vie dans l’éternité, dans l’éternité de ce Dieu, qui par son retrait nous convie chaque jour à vivre pleinement le présent.  » Photo © Pixabay.

Il s’agit peut-être de poser sur notre vie, sur notre propre situation, des yeux qui ne sont pas les nôtres, regarder notre vie avec les yeux de Dieu.

Prendre un peu de hauteur sur sa vie, c’est peut-être discerner l’essentiel au-delà de l’urgence, c’est peut-être aussi éviter de vouloir tout maîtriser.

Prendre de la hauteur sur sa vie, c’est oser tout simplement lâcher prise, comme l’a fait le Christ. Ne pas être dans le contrôle, faire confiance.

Prendre de la hauteur, c’est peut-être aimer sans dévorer. C’est tenir véritablement à quelqu’un sans le posséder, c’est être épris de l’autre sans s’y agripper.

Lire la suite